Château de Maubreuil

PORTRAIT

 

Rencontre avec Clément, le jardinier de Maubreuil

 

Ce mois-ci, nous allons à la rencontre de Clément, notre jardinier-paysagiste. A 26 ans, cet amoureux de la nature est la main verte du Château de Maubreuil. Depuis le jardin à la française qui accueille le visiteur jusqu’aux jardins thématiques qui l’invitent au voyage à travers les quatre continents, il a façonné de ses mains l’écrin de nature qui entoure le domaine. Rencontre avec un jardinier passionné et engagé, pour qui l’utile est loin d’être l’ennemi du beau.

 

“Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionné par le jardinage”, raconte celui qui, petit, s’échappait de la cour d’école pour aller planter des graines dans le potager familial. Son BTS d’aménagement paysager en poche, Clément intègre les équipes du Château de Maubreuil dès la genèse du projet, il y a maintenant plus de 5 ans. “Au début du chantier, tout était à inventer. La quasi-totalité du terrain avait été retournée lors de l’installation du système de géothermie et du réseau d’eau. C’était un espace totalement vierge, une page blanche à écrire”, se souvient-il. “Nous avons commencé par le jardin à la française situé à l’avant du Château, avec ses volumes très cadrés et ses pelouses tirées au cordeau. Tout devait être parfait !”.

 

Après plusieurs mois d’un travail minutieux, il s’est attelé à la création des jardins thématiques implantés à l’arrière du domaine, un espace réparti en plusieurs alcôves, en écho au thème du voyage imaginé pour chacune des chambres de l’hôtel 5 étoiles. “Cela a été une véritable expérience créative, doublée d’un projet collectif. Pour chaque espace, nous avons fait des recherches sur les espèces typiques du pays d’origine qui pouvaient s’adapter à notre climat, et avons adopté les principes de la permaculture pour optimiser nos ressources et favoriser un entretien naturel, sans recours aux produits chimiques.”  

 

Considérer l’écosystème dans son ensemble, être à l’écoute de la nature : c’est ce qui anime le jeune homme. “C’est une véritable chance de pouvoir travailler dans un cadre aussi exceptionnel, avec des essences hors du commun. Mais au-delà du seul aspect esthétique, notre responsabilité est de l’inscrire dans une démarche responsable. Notre projet majeur aujourd'hui est celui du jardin permacole du Château, qui constitue à mes yeux l’essence même de mon métier : faire de l’esthétisme utile à l’homme, respectueux de l’environnement, en valorisant la capacité ornementale des espèces nourricières et en cessant d’opposer ces deux notions. C’est aussi, et peut-être avant tout, un projet humain. Nous travaillons notamment avec les chefs étoilés de notre restaurant gastronomique pour faire découvrir à nos clients des saveurs nouvelles. Nous réfléchissons aussi à la création de jardins partagés, qui permettraient de créer du lien, de partager son savoir, sa bonne humeur, le tout, les mains dans la terre. 

 

“Je ne sais pas si c’est le Château qui évolue avec moi, ou moi qui évolue avec le Château, mais j’ai le sentiment que nous allons dans la bonne direction !”, conclut-il avec entrain.

Partager sur..